Archives du mot-clé Veille

3 guides pour le net : médias sociaux, e-reputaion et e-communication

J’ai feuilleté ces 3 guides, fait par la CCI de la Rochelle, avec un oeil un peu expérimenté : ils sont très bien faits

Le guide des médias sociaux donne conseils et astuces « pour mener à bien un plan webmedia« .

Guide des média sociaux

Le guide de sensibilisation à l’e-réputation , connaissant ma sensibilisation à l’identité numérique, donne des conseils pour « mettre en adéquation l’image perçue par les internautes avec la stratégie de son entreprise ».

Guide de sensibilisation à l’e-réputation

Le guide de l’e-communication  permet le choix entre les différents outils pour « garantir une communication efficace » sur Internet.

guide de l’e-communication

Sources d’outils de veille

J’ai relevé 4 sources d’informations sur les outils de veille. Elles sont très interessantes mais je les garde uniquement dans le but de piocher dedans s’il me manque un outil ou si je veux en changer 1 sinon je deviens OBESE
Il s’agit

Une veille documentaire d’un #ITyPiste

Parmi les questions et commentaires posés sur #ITyPA en préparation de la réunion du 31 octobre, j’ai repéré un post très riche de Philippe GAUTHIER concernant l’application qu’il fait d’un certain nombre d’outils en terme de veille
Son post et la carte un peu élaguée que j’en ai tiré pour ma propre lecture
J’apprécie énormément de telles participations 😉

ITyPA – La réunion du 31/10 sur la recherche documentaire

La 2eme vidéo manquée, celle de la séance du 31 octobre avec à nouveau l’excellent compte rendus de Gilles Lepage : MERCI

Celle du 31/10 portait sur le thème de la recherche documentaire avec François Magnan

et la carte de Gilles

Point très intéressant sur les méthodes

  • le « Pull » (tirer l’info vers soi) avec en exemple google, un peu lourd pour veiller mais qui permet de filtrer l’info dès le départ moins lourd à trier qu’un flux RSS
  • le « push » (reception automatique) qui présente un gain de temps mais impose d’évaluer les sources – gestion des abonnements et nettoyage régulier des flux – avec risque d’infobésité
  • le « Social search » qui pousse à utiliser son réseau pour avoir des réponses avec notamment l’utilisation d’outils de recherche sur réseaux sociaux comme IceRocket, Topsy…

Quelques focus dans les phases du travail de veille qui m’ont marquée dans une présentation riche

  1. les termes de la recherche
    • reflexion sur les expressions et mots clefs
    • liste des principaux concepts, auteurs, organismes du domaine
    • faire une veille sur les sources utiles pour domaine
    • maîtrise du moteur de recherche pour faire des requêtes précises : recherche avancée de Google, restreindre les résulats au type de doc (filetab : pdf) …..
    • automatisation avec une veille sur les sites qui ont des flux RSS
  2. Capitalisation
    • Utiliser la carte mentale qui permet de structurer une recherche : themes, infos trouvees et liens mais aussi d’évaluer (icones, couleurs) et cependant chronophage => la je suis moins d’accord
    • Evernote pour la prise de note : stockage dans le cloud, possibilité de partage, indexation par mots clefs, classement en « carnets de notes », différentes ressources stockables selon le périphérique utilisé, transformation des notes en carte mentale
    • Diigo pour le partage de signets : possibilité d’assigner des tags à la page trouvée, possibilité de stocker des paragraphes ou des phrases, fonctionnalités groupe de travail

    Mise en garde sur le risque de pertes de données en ligne tout comme sur un disque dur : d’ou la bonne méthode d’avoir les 2 ; Cas de Dropbox qui a eu des problèmes ; Aujourd’hui Dropbox comme Evernote permettent ce double stockage

  3. Partage
  4. Scoop.it pour « construire » un magazine en ligne avec résultats de recherche : suggestion de sources d’infos en fonction de mots clefs , ajout de mots clefs, pour publier/diffuser/communiquer, possibilité d’envoi des « suggestions » à un scoopit collaboratif
  5. WordPress a les fonctionnalités de bookmarklet, commentaires, catégorisation, partage et éditorialisation
  6. Diigo avec la fonctionnalité « groupe »

Point auquel je n’avais pas pensé : les droits d’auteurs éviter le plagiat ; concernant les images mais le problème n’a pas été soulevé par rapport aux outils de curation

et un fil de discussion spécifique sur les problèmes rencontrés dans la veille

Veilleur VS Curateur, et des outils pour …

Ce terme de curation me titillait depuis un moment sans que je le comprenne. Et au cours de mes recherches pour comprendre, j’ai découvert un slidshare de Christophe Deschamps (je suis le blog de Christophe Deschamps depuis très longtemps et j’ai beaucoup progressé grace a lui 😉 ) qui permet de faire une très intéressante lecture concernant la curation
Je retiendrai :

  1. après des définitions et un historique
  2. un comparatif de 12 solutions permettant la curation (détail ici)

    qu’il détaille sur ce slide share Comparatif de 12 solutions de curation
    parmi lesquelles :
    • j’utilise
      • flipboard sur ipad
      • pearltrees
      • paper.li
      • soop.it
      • pinterest
    • après avoir abandonné
      • diigo
      • delicious
    • avant probablement d’évoluer vers storify
  3. un détail très intéressant sur les critères de choix parmi lesquels la variété des sources m’a particulièrement attirée
  4. les différences entre veilleur et curateur
  5. le role qu’un curateur peut avoir dans une organisation

S’informer d’une nouvelle façon

Un article excellent ! Pourquoi ? Parce que je me reconnais dans l’utilisation de ces outils de veille, plus exactement pour s’informer d’une nouvelle façon avec entre autres :

  • les sites TwitterTim.es ou Paper.li
  • Netvibes en agrégateur « en ligne » de Flux RSS et widgets
  • Twitter
  • Delicious
  • Pearltrees

Je vous engage à lire l’intégralité de l’article

Veille stratégique

L’article « Organiser sa veille, pourquoi, quelle stratégie et pour quels résultats ? » propose

  • un schéma extrait d’un document sur le concept de veille

    Processus de veille economique
    Processus de veille economique
  • ainsi qu’une liste de bonnes questions à se poser dans ce cadre :
    • Qui doit faire la veille ? L’impulsion appartient au décideur, le Chef d’Entreprise, sans quoi la veille se traduira par une simple collecte d’informations . A lui de porter cette activité comme une ressource essentielle pour l’Entreprise. Toutefois, il existe deux modèles opérationnels : une cellule transversale dédiée ou une compétence décentralisée. Dans le modèle de l’entreprise 2.0, il semble évident que la décentralisation favorise la multiplication des efforts.
    • Pour quel objectif stratégique ? Sans objectifs la veille n’a pas d’intérêt. Mais attention, en fonction de votre orientation elle peut prendre des formes différentes. Souhaitez vous ancrer votre excellence dans un domaine ? Développer vos services/produits ? Aborder une stratégie de rupture pour vous différencier et oser vous développez dans un nouveau secteur ? etc. La veille c’est à la fois « aller à la pêche » d’informations spécifiques comme « accueillir » par sérendipité des informations connexes voire décalées.
    • Quelles sources ? Les informations publiques (publications, banque de données, études, annuaires, revues,etc), réservées (brevets, droits d’auteurs, etc) et orales (ce que disent les fournisseurs, clients, utilisateurs, salariés,etc.)
    • Quand ? Cette notion revêt deux choses : le quand de la veille et « l’âge » de l’information. N’attendez pas une crise ou une alerte (veille active) pour mettre en place un processus d’écoute et d’analyse sur votre marque. Définissez des objectifs, des indicateurs, une méthode biodégradable dans votre processus de décisions stratégiques. Considérez qu’avec le support Web la veille a un temps réel et médiatique (exemple Twitter) et un temps différé (prospective).