Archives du mot-clé Recherche

Google 4.0 pour iOS : des nouveautés proches d’Android

Tiens mon Iphone me dit que j’ai une mise a jour à faire ? Et je découvre que c’est Recherche Google pour iOS autrement dit Google Now !

Si vous ne l’avez pas déjà installé, vous pouvez le rechercher par Recherche Google pour iOS

Des nouveautés ? Oui et ainsi l’application se rapproche de celle sur Android.

Des nouveautés liées :

  • à votre position
  • à un lien avec Siri, donc recherche vocale. Vous appuyez longuement sur le bouton central (pour appeler Siri s’il n’est pas actif), vous dites OK GOOGLE puis ce que vous voulez rechercher et vous lancez ainsi vocalement la recherche : il affiche Google Map (Si  Google Maps est installé), les coordonnées de la personnes recherchée et ce qu’il trouve en moteur de recherche

Google Now

Et quand vous prononcez mal le nom de la ville ou vous recherchez un médecin, il vous demande de valider votre position et vous amène la liste

Google Now

Il y a également une fonctionnalité Rappel à Google Now pour iOS, liée à une échéance ou un lieu et qui se synchronisent sur mes appareils iOS. A priori elle synchronise aussi avec Android, mais il vous faudra le tester 😉

Des améliorations ? Ca dépend si on aime le genre fouineur de Google

Google Now pour iOS offre des résultats qui en principe me plaisent.

Mais cela tient toujours au fait que Google épie mes recherches pour me donner des résultats de recherche sur des thématiques similaires. Or c’est pour cette raison que j’ai adopté un autre moteur de recherche :  DuckDuckGo

Un nouveau DuckDuckGo !

DuckDuckGo, dont je vous avais présenté l’intérêt, propose un nouveau look et surtout de nouvelles fonctionnalités :

  • une recherche d’images et de vidéos
  • l’auto-suggestion de recherches au fur et à mesure de la frappe

Cette nouvelle version est en test.

Une petite idée de la transformation :

 

duckduckgo
DuckDuckGo avant

 

DuckDuckGo
DuckDuckGo après

Qwant, un moteur de recherche français pleinement web

Ce moteur tente de réunir les 2 grandes familles de recherche: algorithmes comme Google et recommandation comme Facebook et Twitter
C’est tout le Web sur une seule page sur 3 grandes verticales

  • ce qui se dit sur le web (recherche classique dans la droite ligne de Google.)
  • les live (recherche sur l’actualité qui renvoie vers les articles en rapport avec la recherche comme Google Actu.)
  • sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter et LinkedIn (Par opposition à Google qui a arrêté de tout montrer en fermant son service «temps réel» en juillet 2011, c’est ainsi qu’il avait occulté Facebook) ; ce qui est intéressant dans cette partie c’est la possibilité de publier et répondre directement

avec

  • les photos
  • les vidéos
  • la partie shopping (renvoie vers les sites marchands vendant des produits en rapport avec la recherche)

et
Voir l’exemple

Qwant indexe moins de pages Web que Google car ils ont axé sur les 250 – 300 sites qui reviennent tout le temps dans les résultats de la recherche.

Le modèle me plait en ce que Qwant « ne garde pas les données personnelles » (voir le détail dans l’article du Figaro)

La stratégie pour se faire connaître est complètement web selon moi car basée sur le buzz.

(maj 22/05/2016)

Comprendre le moteur de recherche intrusif de Facebook : Graph Search

Alertée sur une nouveauté Facebook !

Le concept de Graph Search : un moteur de recherche amélioré sur Facebook, recoupant les données personnelles des utilisateurs pour des résultats plus précis en fonction de leurs amis, photos, lieux et centres d’intérêt.

GraphSearch se révèle très intrusif. Il permet de faire des recherches croisées sur l’ensemble des données renseignées par les utilisateurs de Facebook (pages « aimées », lieux « visités », entreprises dans lesquelles ils ont travaillé…).

Le type d’exemple donné pour la présentation serait du style : « quels sont les restaurants que mes amis aiment à Toulouse ? Le moteur affiche alors une liste de restaurants que mes amis ont « aimé », depuis qu’ils sont inscrits sur Facebook… s’ils n’ont pas précisé que ces résultats devaient rester privés. » Pour un restaurant, ce n’est pas problématique mais d’autres questions montrent l’intrusion

Graph Search a commencé à être déployé pour les utilisateurs de Facebook en langue anglaise et Tom Scott, très intéressé par les problèmes de confidentialité de Facebook, s’est amusé à des recherches moins consensuelles que celle de la présentation officielle. Les résultats lui ont paru si « flippants » (creepy) qu’il a ouvert un TumblR pour répertorier sur les résultats de recherches sur le Graph Search comme
– Les femmes célibataires qui vivent à proximité et qui sont intéressés par les hommes et aiment s’enivrer
– les hommes islamiques intéressés à des hommes qui vivent dans Téhéran, Iran avec Les lieux où ils ont travaillé
– Les gens mariés qui aiment prostituées avec les conjoints de ces personnes
– les entreprises qui emploient des personnes ayant indiqué sur Facebook qu’elles ‘aimaient’ le racisme ….

Ces exemples me dérangent mais une utilisation plus « normale » serait intéressante pour mettre en relation des utilisateurs en fonction de leurs intérêts d’une manière un peu nouvelle.
Donc pas d’effroi mais surveiller de manière toujours attentive les paramètres de confidentialité avant même l’arrivée pour la France de cet outils.
Et le problème reste des quantité de Je t’aime sur lequel on nous incite à cliquer et qu’on ne maîtrise plus

Aussi je vous conseille de creuser comme moi le post de Rezonances, le blog des médiateurs du quotidien Le Monde, qui s’est s’intéressé de près à Facebook Graph Search jusqu’à indiquer comment « protéger son compte Facebook avant l’arrivée de Graph Search » avec

  1. Ce qu’est Graph Search,
  2. Comment régler ses paramètres de vie privée sur Facebook et quels outils utiliser
  3. Comment vérifier ses publications passées
  4. Comment choisir ses amis/connaissances sur Facebook

en évoquant notamment 4 outils pour contrôler les paramètres de confidentialité Facebook  et les modifier en conséquence :

  1. PrivacyFix, extension pour Chrome et Firefox, qui inspecte instantanément les paramètres de confidentialité de l’utilisateur dans Facebook, Google et autres sites internet et sociétés recueillant mes données
  2. L’application Facebook Secure.me qui scrute l’activité Facebook et celles des amis et qui s’intéresse particulièrement aux applications tierces utilisées (et à leur sécurité)avec un assistant de confidentialité et de contrôle de la réputation
  3. SimpleWash pour supprimer des contenus de son historique Facebook via un moteur de recherche interne (un module similaire pour Twitter en vue)
  4. Disconnect.me, extension pour Firefox, Chrome et Safari, qui bloque les traceurs de Facebook, Google, LinkedIn, Yahoo et Facebook

et en donnant le test mis en ligne par la mairie de Paris pour bien utiliser tous les paramètres de sécurité sur Facebook qui renvoie à des fiches pratiques très bien faites pour parfaire sa configuration.

Une veille documentaire d’un #ITyPiste

Parmi les questions et commentaires posés sur #ITyPA en préparation de la réunion du 31 octobre, j’ai repéré un post très riche de Philippe GAUTHIER concernant l’application qu’il fait d’un certain nombre d’outils en terme de veille
Son post et la carte un peu élaguée que j’en ai tiré pour ma propre lecture
J’apprécie énormément de telles participations 😉

Une recherche Google plus performante

En lien avec la conférence du 31/10 sur la recherche documentaire je suis allée farfouiller dans le forum et j’y ai retrouvé

et j’y ajoute

ITyPA – La réunion du 31/10 sur la recherche documentaire

La 2eme vidéo manquée, celle de la séance du 31 octobre avec à nouveau l’excellent compte rendus de Gilles Lepage : MERCI

Celle du 31/10 portait sur le thème de la recherche documentaire avec François Magnan

et la carte de Gilles

Point très intéressant sur les méthodes

  • le « Pull » (tirer l’info vers soi) avec en exemple google, un peu lourd pour veiller mais qui permet de filtrer l’info dès le départ moins lourd à trier qu’un flux RSS
  • le « push » (reception automatique) qui présente un gain de temps mais impose d’évaluer les sources – gestion des abonnements et nettoyage régulier des flux – avec risque d’infobésité
  • le « Social search » qui pousse à utiliser son réseau pour avoir des réponses avec notamment l’utilisation d’outils de recherche sur réseaux sociaux comme IceRocket, Topsy…

Quelques focus dans les phases du travail de veille qui m’ont marquée dans une présentation riche

  1. les termes de la recherche
    • reflexion sur les expressions et mots clefs
    • liste des principaux concepts, auteurs, organismes du domaine
    • faire une veille sur les sources utiles pour domaine
    • maîtrise du moteur de recherche pour faire des requêtes précises : recherche avancée de Google, restreindre les résulats au type de doc (filetab : pdf) …..
    • automatisation avec une veille sur les sites qui ont des flux RSS
  2. Capitalisation
    • Utiliser la carte mentale qui permet de structurer une recherche : themes, infos trouvees et liens mais aussi d’évaluer (icones, couleurs) et cependant chronophage => la je suis moins d’accord
    • Evernote pour la prise de note : stockage dans le cloud, possibilité de partage, indexation par mots clefs, classement en « carnets de notes », différentes ressources stockables selon le périphérique utilisé, transformation des notes en carte mentale
    • Diigo pour le partage de signets : possibilité d’assigner des tags à la page trouvée, possibilité de stocker des paragraphes ou des phrases, fonctionnalités groupe de travail

    Mise en garde sur le risque de pertes de données en ligne tout comme sur un disque dur : d’ou la bonne méthode d’avoir les 2 ; Cas de Dropbox qui a eu des problèmes ; Aujourd’hui Dropbox comme Evernote permettent ce double stockage

  3. Partage
  4. Scoop.it pour « construire » un magazine en ligne avec résultats de recherche : suggestion de sources d’infos en fonction de mots clefs , ajout de mots clefs, pour publier/diffuser/communiquer, possibilité d’envoi des « suggestions » à un scoopit collaboratif
  5. WordPress a les fonctionnalités de bookmarklet, commentaires, catégorisation, partage et éditorialisation
  6. Diigo avec la fonctionnalité « groupe »

Point auquel je n’avais pas pensé : les droits d’auteurs éviter le plagiat ; concernant les images mais le problème n’a pas été soulevé par rapport aux outils de curation

et un fil de discussion spécifique sur les problèmes rencontrés dans la veille